bottom logo

DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 12.06.2013 06:00

Toute la musique que j’aime


Semaine contrastée pour la musique à la télévision. Jeudi 13, dernier enregistrement pour Taratata, sacrifiée sur l’autel des économies. Samedi 15, TF1 retransmet en direct le concert de Johnny Hallyday à Bercy (également sur www.mytf1.fr). La mythique émission musicale de Nagui s’essouffle à quelques semaines de son vingtième anniversaire alors que la légende du rock français souffle vaillamment ses 70 bougies. L’une va éteindre la lumière alors que l’autre va allumer le feu.

Entre les deux, mon choix est vite fait. Je me réjouis de ce concert événement alors que je ne regrette pas vraiment la disparition d’un programme depuis longtemps relégué en troisième partie de soirée. Et puis le cimetière télévisuel est plein d’émissions prétendument irremplaçables et pourtant remplacées alors que Johnny, lui, est et restera unique. Sa voix, son charisme et sa légende n’ont pas d’équivalent dans la chanson française.

Ces deux événements concomitants démontrent que le plus important, et le plus difficile, dans le show-business, c’est de durer. Johnny aura résisté à toutes les modes, toutes les moqueries, tous les pépins de santé. Pour les gens de ma génération, sa voix aura été la bande-son de notre vie. En 1963, nous chantions avec lui Pour moi la vie va commencer dans D’où viens-tu Johnny?, le premier film que j’ai vu au cinéma. Aujourd’hui, le rockeur a vieilli et nous forcément un peu avec lui. Mais comme – toutes proportions gardées – un Alain Morisod en Suisse romande, Johnny Hallyday a su garder son public. Un public fidèle qui continue d’acheter des disques et qui le maintient en première partie de soirée.