bottom logo

DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 23.04.2014 05:00

Sous surveillance


Pour une blague jugée déplacée, voilà Michel Cymes viré de la télévision et condamné à ouvrir un cabinet médical! Le scénario de la BD Docteur Cymes: La vanne de trop, publiée il y a quelques semaines et cosignée par le médecin le plus médiatique et le plus drôle du paysage audiovisuel francophone, pourrait-il devenir réalité?

Le coprésentateur du Magazine de la santé de France 5 et d’Aventures de médecine sur France 2 n’a en aucune manière franchi la ligne blanche. Le toubib cabotin est capable d’aligner les plaisanteries en parlant sans tabou de la prostate ou du point G, mais sans jamais tomber dans la vulgarité, ce qui n’empêche pas qu’il doit souvent donner des sueurs froides à ses employeurs.

En revanche, les propos déplacés, graveleux ou sexistes, comme lors des Jeux olympiques de Sotchi, du duo Monfort-Candeloro, jamais avare d’une remarque (souvent pas drôle) sur la plastique avantageuse des patineuses notamment, ont valu à France 2 une mise en garde du CSA. Auparavant, ce sont des propos misogynes tenus dans la défunte Emission pour tous sur des joueuses de football qui avaient provoqué l’intervention du gendarme de l’audiovisuel.

La télé devient-elle pudibonde? Pour éviter les foudres moralistes, doit-on imposer des limites à l’humour?
Certainement pas. Mais sexisme, machisme et racisme n’ont rien à faire sur nos petits écrans. Sûr que Michel Cymes approuvera notre diagnostic.