bottom logo

DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 19.03.2014 06:00

Les flics ont infiltré la télé


es flics connaissent de mieux en mieux le milieu de la télévision. Certains d’entre eux apparaissent à visage découvert, comme l’ex-boss de la PJ de Paris et de l’antigang, Jean-Marc Bloch, qui revient sur des crimes sans coupables avérés dans Non élucidé, le dimanche soir sur France 2. Yann Mahé, pseudo qu’utilise le chef d’une brigade de sûreté urbaine, signale les incohérences sur le plateau où se tourne Candice Renoir (France 2). Pour Profilage (TF1), c’est l’expert judiciaire Michèle Agrapart qui a construit le profil des personnages. Alors qu’Eric R., commandant de la brigade de répression du banditisme de Paris, a réussi, en fournissant des anecdotes aux scénaristes d’Engrenages (Canal+), à rendre même les professionnels accros à la série.

D’autres encore, en exercice dans différents services de police, arrondissent leurs fins de mois en jouant les consultants sur certaines séries françaises. Ils deviennent ainsi les garants d’un certain réalisme, d’une relative crédibilité de leurs commissariats factices. Pourtant, ils sont les premiers à rigoler quand une affaire ultracompliquée est résolue en vingt-quatre heures, qu’un résultat de labo arrive en moins de quinze minutes ou que les policiers ont le wifi dans la voiture…

La police fait une descente dans le paysage audiovisuel français, à l’américaine. Au point, parfois, de s’y croire vraiment, comme dans Engrenages, ultrapopulaire chez les policiers, dont la saison 5 est actuellement en tournage à Paris.