bottom logo

M6, DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 14.05.2014 05:00

Crépuscule?


Lancée en 1987, M6 était «la petite chaîne qui monte». Sa programmation atypique pour l’époque (beaucoup de musique, des séries américaines et des magazines novateurs comme Culture pub, Zone interdite, Capital) en fait la chouchoute d’une nouvelle génération de téléspectateurs. En 2001, avec Loft Story, elle fait entrer la téléréalité dans le paysage audio- visuel francophone et, en 2006, elle est la deuxième chaîne privée en parts de marché, derrière TF1. Un beau succès. Sauf que, aujourd’hui, la tendance s’est inversée: M6 est «la grande chaîne qui descend».

En avril, elle a atteint son plus faible niveau d’audience depuis… 1992. Les contre-performances se suivent et se ressemblent. La cinquième édition de Top Chef, mal réalisée, a pris un bouillon avec 800 000 téléspectateurs de moins que l’an passé chaque lundi soir. Pékin Express s’essouffle. 100% mag risque le 0%. Mon bistrot préféré a fermé ses portes. Ça sent le sapin pour Y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis! comme pour D & CO. Et ça ne va pas mieux du côté des séries et des fictions. Heureusement que L’amour est dans le pré est toujours dans le cœur du public, comme Maison à vendre et Recherche appartement ou maison. Cet été, la chaîne va lancer Rising Star (étoile montante), un ambitieux télé-crochet où les téléspectateurs seront membres du jury grâce à une application gratuite (c’est à la mode). Si le public s’enflamme, M6 pourrait décrocher la lune au niveau publicitaire mais, si ce n’est pas le cas, ça pourrait bien se transformer en crépuscule pour elle.