bottom logo

DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 14.06.2017 05:00

Vivement Wimbledon


Même si le tournoi de Roland-Garros s’est un peu mal terminé pour Stan Wawrinka, ces quinze jours de tennis auront été une belle fête pour les amateurs de sport en Suisse romande. Malgré l’absence de Roger Federer et de Belinda Bencic, nos représentants ont «assuré». Les envoyés spéciaux de la RTS également. A Paris, ils ont été à la hauteur, en simple, en double, et même en double mixte.

La présence de Marc Rosset est une vraie plus-value pour le téléspectateur. Le Genevois connaît parfaitement son affaire et l’explique clairement. On sent qu’il prend goût à l’exercice et que le joueur bougon a fait place à un consultant heureux de partager sa passion. Son duo avec Pascal Droz, toujours impeccable dans son rôle de Monsieur Loyal, fonctionne très bien. Sans tomber dans le chauvinisme, ils vivent les parties intensément, comme durant la demi-finale Wawrinka-Murray où l’on a bien cru entendre voler les tasses à café après une balle de break ratée par Stan Wawrinka!

Plus calme, Jean-Marc Rossier s’en est également bien tiré, alors que pour ses débuts au commentaire, Marc Gisclon a eu droit à une superbe finale dames samedi. Marie-Laure Viola préfère animer les plateaux, où elle démontre un sang-froid très utile lorsque les pépins techniques s’accumulent. Comme les bons arbitres, c’est parce que l’on ne remarque rien qu’elle est précieuse. Moins visible à l’écran, Isabelle Musy a également joué un rôle notable. C’est grâce à ses relations et à son entregent que Toni Nadal, Martina Navratilova ou Andre Agassi sont venus sur le plateau de la RTS. Un bel exploit! Les audiences ont été très bonnes et ont confirmé que la retransmission de grands événements sportifs impliquant des Suisses reste un facteur de cohésion sociale dans notre pays. Sitôt la télévision éteinte, beaucoup n’attendaient d’ailleurs qu’une seule chose: que Wimbledon débute. Et cette fois, ce sera avec Roger Federer!