bottom logo

Edito
Par Olaya Gonzalez - Mis en ligne le 19.08.2015 06:00

Une fin sans faim


Il y a les téléspectateurs qui aiment les fins heureuses, ceux que comble LE baiser entre deux héros de série qui se sont cherchés durant des saisons.

D’autres préfèrent les conclusions qui n’en sont pas, les points de suspension qui font la part belle à l’imagination. Mais comment ne pas être agacé par des personnages qui s’incrustent, qui jouent les prolongations, comme si, une fois qu’ils se sont enfin déclaré leur flamme, on avait réellement envie de savoir qui va déboucher l’évier, s’ils vont casser de la vaisselle, si l’accouchement sera pénible... Bones puis Castle ont, de l’avis de beaucoup, franchi la ligne qui sépare tension sexuelle doublée d’un suspense amoureux délicieusement insoutenable et saisons de trop. Le départ de Ziva, l’éloignant de DiNozzo, a épargné ce faux pas à NCIS. Mais qu’en sera-t-il du Mentalist?

La production a eu deux superbes occasions de clore la série en beauté au cours de la saison 6. Lorsque Patrick Jane s’est enfin vengé, mettant fin au règne de terreur instauré par John le Rouge en le tuant, puis lorsqu’il a embrassé Teresa Lisbon lors de la dernière scène. Une fin idéale pour beaucoup. Alors, forcément, on peut craindre que cette septième saison soit celle de trop. Avec happy end lourdement insistant ou final dramatique à la clé. Kiss-kiss ou bang-bang? Bien sûr, le créateur de la série nous réserve peut-être un ultime épisode brillant. Mais, comme après un excellent repas qui s’est achevé sur une délicate douceur, lorsque la maîtresse de maison vous propose de goûter un époisses de ferme de derrière les fagots, même si l’on est fan de fromage, il faut parfois savoir décliner l’offre...