bottom logo

Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 17.03.2015 23:45

Téléréalité et fatalité


La mort de dix personnes, dont trois célèbres sportifs français, lors du tournage en Argentine du jeu d’aventures Dropped est l’événement médiatique du moment. L’enquête déterminera si les deux hélicoptères qui se sont touchés en plein vol étaient trop près l’un de l’autre pour des impératifs de tournage. Sans attendre, ceux qui méprisent la télévision populaire ont instruit le procès de la téléréalité, source de tous les maux, mère de tous les vices. Ce qui laisse à penser que, parfois, la télé-poubelle n’est pas là où on l’attend.

Les médias ont très vite fait le rapprochement avec les deux décès survenus il y a exactement deux ans lors de la saison 13 de Koh-Lanta, jeu d’aventures également produit par ALP pour TF1. Sauf que le malheureux candidat a succombé à une défaillance cardiaque au premier jour de tournage, c’est-à-dire bien avant que les conditions ne deviennent éprouvantes. Quant au suicide quelques jours plus tard du médecin-chef de l’émission, il n’est pas imputable au remords de celui qui se serait senti responsable mais bien au fait qu’il ne supportait pas de se voir «injustement sali» dans les médias.

Dropped n’était pas à proprement parler de la téléréalité et le traitement qu’en ont fait les bien-pensants est très éloigné de la réalité. On a dit beaucoup de bêtises sur ces sportifs millionnaires prêts à risquer leur vie pour encore plus d’argent. Les sommes étaient modestes et leurs motivations autres: vivre une aventure, goûter de nouveau aux shoots d’adrénaline, retrouver leur esprit de compétition, se surpasser dans un contexte différent, visiter un pays lointain, profiter de la vie. On n’est pas obligé de regarder ce genre de programme, mais comme on dit: si vous n’aimez pas, n’en dégoûtez pas les autres. Et ne salissez pas leur mémoire.