bottom logo

RTS, DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 24.02.2016 07:00

Surnaturel ennui


C'était censé être une sorte de révélation, une des meilleures séries de la RTS, nous promettaient même certains. De plus, l’une de ses actrices, Claude-Inga Barbey, était sacrée meilleur second rôle féminin aux dernières Journées de Soleure. C’est donc avec beaucoup d’impatience que j’ai regardé le premier épisode d’Anomalia. Quarante-deux minutes plus tard, j’étais perplexe. L’intrigue me semblait aussi mince qu’un fil de soie malgré les grosses ficelles utilisées dans le scénario. Les acteurs avaient l’air de s’ennuyer, de ne pas être dirigés. Les images de paysages étaient léchées, comme dans une publicité pour des automobiles ou la promotion touristique d’Estavayer en hiver, mais restaient figées, désincarnées.

Peut-être que j’étais de mauvaise humeur ce soir-là, que j’avais la tête ailleurs. J’ai donc regardé le deuxième épisode, puis les suivants… Mais je ne pense pas que je vais tenir jusqu’au huitième et dernier.

Voilà une histoire qui traite de visions, de surnaturel, mais qui se révèle pourtant d’une banalité totale, d’un ennui profond. Sans le rire nerveux qui prend de temps en temps le téléspectateur devant une scène encore plus ratée que les autres, il s’endormirait. Et je ne dois pas être le seul à être déçu: sur le site Play RTS, où l’on peut revoir les épisodes, le nombre de vues était divisé par deux en à peine cinq épisodes. Et dire qu’il paraît qu’une deuxième saison est prévue. Heureusement, pour me réconcilier avec les productions de la RTS, j’ai le coffret DVD de Station Horizon. Une série qui nous mettait de bonne humeur le samedi soir, elle…