bottom logo

M6, DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 04.06.2014 05:00

Rencontre du 3e type


Qui aurait imaginé, au printemps 2006, quand L’amour est dans le pré semait ses premières graines, que le terrain serait aussi fertile?

Sous la protection d’une Karine Le Marchand aux petits soins, ils sont quatorze à tenter leur chance: dix hommes et quatre femmes qui rêvent de trouver l’âme sœur au cours de cette neuvième saison.

Avec leur caractère fort en façade et leur cœur tendre en coulisses, leur désir d’aimer gros comme une moissonneuse-batteuse, leur générosité infinie, leurs maladresses ou leur timidité, Emeline, Bertrand, François, Christelle, Thierry et les autres, héros ordinaires mais authentiques, touchent les télé- spectateurs. Et pas seulement ceux qui aiment les paysages champêtres et l’humour vache.

A chacun ses petits plaisirs coupables. Personnellement, même si je suis loin d’y être accro, j’aime bien regarder L’amour est dans le pré. Comme des millions de fans, c’est mon petit côté voyeur qui s’exprime. Amusé, intéressé par les comportements humains, touché par un geste empoté ou la gentillesse de certains, effaré par le cadre de vie ou le comportement d’autres, j’aime ce tableau particulier de la campagne, peint par une téléréalité pour une fois joliment fleur bleue.

Après les audiences en chute libre de Pékin Express et de Top Chef, le feuilleton estival de M6, avec son savant mélange de rires et d’émotions, dopera-t-il les performances de la chaîne?