bottom logo

DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 20.01.2016 07:00

Résurrection


La RTS, nous l’avons tous compris, a l’obligation de faire des économies. On nous l’a dit, expliqué, répété: le budget annuel est réduit de plus de 10 millions de francs. Pour ce faire, notre télévision a décidé de supprimer septante postes de travail et de réduire ses prestations. Plusieurs domaines sont touchés, dont la religion. Sauf que certains ont trouvé la pilule aussi dure à avaler qu’une hostie trempée dans du vinaigre. Ils l’ont fait savoir, soutenus par les lobbys religieux. Et la RTS doit aujourd’hui faire son mea culpa: non, nous ne sabrerons pas dans les programmes consacrés à la religion, que Dieu nous pardonne, mais nous allons revoir notre copie en concertation avec les parties concernées.

Voilà qui pourrait donner des idées aux fidèles des autres émissions spécifiques de la RTS également menacées. Il faut protester, trouver des relais médiatiques et politiques, s’indigner et le faire savoir haut et fort.

Si la RTS doit revoir sa copie concernant la religion, il n’y a pas de raison pour qu’elle ne le fasse pas aussi pour les autres domaines. Perchés dans leur tour à Genève, les chefs de notre télévision publique ont parfois de la peine à considérer ce qui se passe dans les contrées reculées de la Suisse romande. Il est donc de bon ton de leur rappeler de temps en temps que «leur» télévision est en fait la nôtre. Qu’on veut bien leur en confier les rênes, mais qu’ils seraient bien aimables de tenir compte, avant tout, de nos envies et de nos besoins. Ainsi soit-il!