bottom logo

Edito
Par Isabelle Rovero - Mis en ligne le 05.05.2015 23:45

Qui perd gagne!


Tous les déçus qui rêvaient d’une victoire d’Anne Sila dans la dernière édition de The Voice sur TF1 n’auront pas eu besoin d’attendre longtemps pour voir leur protégée se diriger vers une carrière qu’ils espèrent prometteuse. Moins de deux semaines après sa défaite face au très virginal Lilian Renaud (que j’aurais voulu aimer, vraiment, avec sa belle voix et sa gueule d’ange, mais qui m’a ennuyée comme jamais avec sa façon traînante de chanter), la perle dénichée par Florent Pagny a déjà décroché un contrat avec une maison de disques. Et pas n’importe laquelle: Decca Records, le label spécialisé dans le classique-jazz qui compte notamment dans son écurie Melody Gardot et Cecilia Bartoli. Un gage de qualité qui devrait épargner à cette jeune artiste la difficulté de concevoir un album dans l’urgence et qui ne lui ressemblerait pas.

Sans véritable univers à lui, c’est peut-être ce qui attend Lilian, qui risque en revanche de se voir imposer des titres comme cela a déjà été le cas pour la plupart des gagnants de télé-crochets. Dans le cas de The Voice, il n’y a guère que Kendji Girac qui a su tirer son épingle du jeu tant son style est à part, mais qui se souvient des albums de Stéphan Rizon ou de Yoann Fréget? A l’inverse, nombre de viennent-ensuite comme Louis Delort, Al.Hy, Louane Emera ou les Fréro Delavega ont fait des débuts plus intéressants. Et c’est tout le mal que je souhaite à mon candidat préféré, Yoann Launay. Ce chanteur au physique de garçon boucher de l’équipe de Zazie (la dame a décidément eu du flair pour une première participation) a su ciseler ses chansons comme personne, avec autant de force que de délicatesse.