bottom logo

DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 02.07.2014 05:00

Prime à la différence


Les chanteurs au profil atypique se multiplient dans les télécrochets, pour séduire les téléspectateurs un peu las de ce type de programme.

Vous ne vous souvenez pas de Myriam Abel, Cyril Cinélu ou Mickels Réa. Rassurez-vous, c’est tout à fait normal. Pourtant, ils ont remporté respectivement Nouvelle star en 2005, Star Academy en 2006 et 2008.

Ces trois lauréats n’avaient pour eux qu’une très jolie voix, ce qui ne suffit plus à l’heure où ces émissions, en prenant de l’âge, ont perdu le statut de phénomène télévisuel pour devenir des programmes presque comme les autres.

Pour mobiliser le public et rester dans les mémoires, ne serait-ce que quelques mois, il est devenu indispensable de sortir du lot en ajoutant à son talent vocal une apparence ou une personnalité hors norme. En témoignent sœur Cristina, une religieuse gagnante de l’édition italienne de The Voice, et Conchita Wurst, un travesti autrichien barbu en robe longue qui a fait fureur à l’Eurovision.

Yoann Fréget, gagnant de The Voice sur TF1 en 2013, avait quant à lui touché le public par son bégaiement. Une saison marquée aussi par Luc Arbogast et sa tenue de ménestrel. Pour les producteurs de ces télécrochets qui connaissent la chanson, il ne s’agit plus de construire une star, mais de réaliser les meilleures audiences possible durant la diffusion du programme. Pour ça, rien de mieux qu’un candidat au profil atypique.

Une belle voix ne suffit plus, l’originalité est recherchée et peu importe s’ils ne font pas carrière; l’important, c’est qu’ils dopent l’audience.