bottom logo
Edito


Plus de Rosset, moins de Rossier!


Par Edouard Lin - Mis en ligne le 10.09.2014 06:00

L'US Open s’est achevé un peu en eau de boudin pour les amateurs de tennis suisses. Nous ne parlons pas seulement de l’absence un peu décevante de Roger Federer et/ou de Stanislas Wawrinka en finale, mais également de l’absence sur toute la quinzaine de Marc Rosset. Alors que le Genevois s’est très vite imposé comme un excellent consultant, alors que le tennis suisse brille avec deux des quatre meilleurs joueurs mondiaux, plus la jeune Belinda Bencic qui arrive fort, notre télévision n’a pas jugé nécessaire d’envoyer Rosset seconder Rossier à New York. Question de budget à tenir. Alors certes, le mandat SSR est respecté puisque la RTS diffuse et commente les matchs de nos champions, mais on ne peut pas dire qu’elle se soit mise à la hauteur de l’événement. A situation exceptionnelle, ne peut-on pas dégager des moyens exceptionnels, quitte à rogner un peu sur le foot et la F1? La présence de Marc Rosset se justifiait d’autant plus que les commentaires de Jean-Marc Rossier furent souvent insipides. Il en dit soit trop peu (sur le jeu) soit trop (sur son sentiment personnel, qui tourne vite au pronostic).
Nous retrouverons avec plaisir le grand Marc cette fin de semaine à l’antenne pour la demi-finale de Coupe Davis contre l’Italie. Cette fois, pas de frais de déplacement à payer pour le Genevois. Il sera associé à Pierre-Alain Dupuis, avec qui il forme une paire enjouée et complémentaire, Rosset ne se privant pas de reprendre les approximations de Dupuis. La dernière fois que la Suisse était en demi-finale, Marc Rosset était capitaine. La fois d’avant – c’était une première – il était joueur. Ce rôle de consultant ne l’effraie pas un instant. Comme il l’explique en page 10, parler tennis au micro est pour lui quelque chose de naturel, qu’il pratique avec aisance et sans calcul. Une attitude très rare à la télévision et qui nous donne encore plus envie de l’entendre. Hop Suisse!