bottom logo

DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 11.06.2014 05:00

Les Seigneurs de la nuit


C'était il y a longtemps. La retransmission des matchs de Coupe du monde en direct à la télé avait, comme moi, moins d’une dizaine d’années. Sur l’écran en noir et blanc, on ne voyait que lui, meneur de jeu de l’équipe de Suisse en 1962 au Chili et en 1966 en Angleterre. Tout le monde l’appelait le King tant il rayonnait au milieu de ses partenaires.

Je l’ai ensuite vu jouer en vrai avec le Lausanne-Sport, au sein d’une équipe que l’on appelait alors les Seigneurs de la nuit.

J’ai, bien des années plus tard, eu la chance de le connaître et de recevoir son amitié et ses conseils. Richard Dürr est mort récemment, à 75 ans, d’une longue maladie comme l’on dit pudiquement. Il y a peu, il me disait se réjouir de vivre cette Coupe du monde au Brésil devant son téléviseur en compagnie de ses amis. Sa dernière, disait-il, et l’on prenait son pessimisme pour une boutade. Il était malheureusement trop optimiste. Alors je regarderai les matchs de ce Mondial si controversé en pensant à lui et aux plus jeunes qui dévoreront des yeux leurs idoles, en leur souhaitant de choisir parmi eux celui qui deviendra peut-être un jour leur modèle, leur guide, leur ami.

Je regarderai cette Coupe du monde qui, décalage horaire oblige, se jouera souvent tard le soir, comme un ultime hommage aux Seigneurs de la nuit d’hier et d’aujourd’hui.