bottom logo

DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 08.02.2017 06:00

L’union fait la force


Dans le domaine des séries télé, aussi, l’argent est le nerf de la guerre. Pour disposer d’un budget plus important, rien ne vaut l’alliance entre plusieurs partenaires. C’est le principe classique des coproductions internationales. Depuis 2011, France 2 collabore avec BBC One pour Meurtres au paradis. TF1 s’est d’abord essayée au policier franco-britannique – sans trop de succès – avec Jo (interprété par Jean Reno) en 2013, avant de cartonner la même année avec un thriller international: Crossing Lines avec Marc Lavoine et Donald Sutherland, notamment.

En 2015, Arte s’est investie dans la production d’Occupied avec les Norvégiens de TV2. Et, à son tour, France 3 a tenté l’aventure l’an dernier. Fruit d’un partenariat avec BBC Worlwide, l’excellente série dramatique The Collection, diffusée récemment, traite de la relation difficile entre deux frères à la tête d’une maison de couture parisienne en 1947. A l’origine de cette histoire très française, on trouve pourtant un scénariste américain et, grâce à l’alliance avec les Britanniques, le budget a atteint les 2,5 millions de francs par épisode, soit le double d’une production habituelle de France 3.

Voici donc venue l’ère d’une culture européenne des séries, favorisée de surcroît par les succès de productions comme Broadchurch, Sherlock ou Borgen qui ont fait office de locomotives. A un point tel que même le marché mondial s’y intéresse. Quant à la RTS, elle n’est pas en reste. Après nombre de fictions à l’instar d’Altitudes (voir l’article d’Isabelle Rovero en page 8) qui a uni la RTS et France 3, et la très bonne série The Team, pour laquelle elle a travaillé en 2015 avec six autres chaînes européennes, elle planche déjà sur de futurs projets tandis qu’est actuellement tourné à Genève Quartier des banques en coproduction avec la Belgique.