bottom logo

Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 03.08.2016 14:01

Info spectacle


Depuis des mois, nous vivons des heures tragiques. Les experts invités sur les plateaux de télé s’accordent sur une chose: il y aura encore des attentats, encore des morts. C’est angoissant, d’autant plus que ces mêmes experts ne sont pas d’accord sur les causes de ces attentats et sur les moyens d’y mettre un terme. Et il y a les médias. Informer est une noble mission mais, depuis quelques années, certains journaux et chaînes de télévision privilégient l’émotion au détriment de la raison. C’est le cas, par exemple, de BFM TV. Sous le couvert d’une «info en continu», la chaîne française passe en boucle les mêmes images des attentats et les réactions les plus spectaculaires, les moins documentées. Jusqu’à l’overdose. «C’est horrible», «C’est atroce», «C’est épouvantable»... Ceux qui regardent cette chaîne ont l’impression qu’il y a un attentat toutes les cinq minutes, que l’Europe a arrêté de vivre, que tout y est suspendu dans l’attente du prochain drame. N’est-ce pas exactement ce que veulent les terroristes? Installer un climat de peur, choquer les opinions pour empêcher toute réflexion, pousser les responsables politiques à agir dans l’urgence, à prendre des décisions sans y réfléchir, sous la pression d’une opinion publique sans réelle opinion, submergée par ses émotions.
 
A force, je me demande de plus en plus ce qui fait la différence entre l’information et le spectacle. Et s’il ne faudrait pas commencer par là, avant d’accuser des enfants d’apologie du terrorisme. Commencer par ne plus courir après le scoop, après la plus grande audience. Par privilégier, en matière d’information, non pas l’émotion du téléspectateur mais sa réflexion. Il serait temps que les chaînes de télévision l’admettent. Afin que nous puissions enfin faire face à la menace en toute lucidité.