bottom logo

Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 19.05.2015 22:45

Champion d’exception


Roland-Garros est de retour et, avec lui, Roger Federer, dont les téléspectateurs suisses ne se lassent pas de suivre les évolutions. Etalé sur trois week-ends, le grand rendez-vous parisien sur terre battue s’ouvre porte d’Auteuil. Les rois du lift, les champions de l’amorti et les spécialistes du revers à deux mains vont occuper le petit écran et meubler nos après-midi. Il faut en profiter, car le temps, hélas, nous est compté. Dans quelque temps – une ou deux années, peu importe – «Rodger » remisera sa raquette, et l’on comprendra alors quel immense champion il fut.

Le plus grand de l’histoire de son sport, très certainement. Le meilleur que la Suisse ait jamais porté, sans aucun doute. Un peu en retrait de Novak Djokovic, il est actuellement numéro deux mondial, un rang qu’aucun autre tennisman suisse n’a jamais obtenu. Même si notre champion préféré perd désormais un peu plus souvent que par le passé, il force toujours le respect et l’admiration par son amour intact du tennis.

A bientôt 34 ans (il les fêtera le 8 août), le Bâlois pourrait prendre sa retraite, profiter de sa famille et de ses (centaines de) millions; il continue de s’entraîner dur et de voyager pour se produire en public. Parce qu’il aime ça plus que tout. Ne gâchons donc pas cette offrande, ne boudons pas notre plaisir. Un jour, bientôt, il sera trop tard.