bottom logo

Philippe Christin/RTS


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 09.03.2016 06:00

Cœur de cible


Pour la 80e édition de ses Coups de cœur, Alain Morisod s’est offert un joli cadeau: la présence de Patrick Bruel. La récompense de dix-huit ans d’efforts, car celui qui vient de sortir un disque de reprises des plus beaux titres de Barbara demeure l’un des chanteurs francophones les plus populaires et, surtout, les plus demandés. S’il est venu à la RTS, c’est parce que, comme beaucoup d’artistes français, il sait que Les coups de cœur est l’émission musicale de référence en Suisse romande. Et, même s’il en a notamment profité pour se confier au passage aux journalistes de TTC (Toutes taxes comprises), c’est bien pour Alain Morisod qu’il s’est déplacé.

A l’exception peut-être de Johnny Hallyday, le compositeur et animateur genevois aura reçu dans son émission tous les grands du showbiz français. En feuilletant l’album souvenirs, on se rend compte qu’il a «eu» des légendes comme Jean Ferrat, Florent Pagny ou Salvatore Adamo, mais qu’il sait aussi faire de la place aux voix du moment que sont Thomas Dutronc, Bastian Baker, Kendji Girac, Louane ou encore Joyce Jonathan et Vianney qu’il recevra prochainement. Face à ces chanteurs à succès, Alain Morisod aime également donner régulièrement leur chance à des jeunes venus d’autres horizons, à l’instar de Léna, l’étonnante yodleuse de 14 ans, ou Nicolas Comi, le pianiste virtuose genevois de 10 ans.

Sortir des sentiers battus, l’animateur supersympa en a fait son credo. Il n’y a donc pas de hasard si, dix-huit ans après ses débuts, nous, les Romands, avons toujours un coup de cœur pour «notre» émission de variétés du samedi soir. C’est de la bonne télé, du divertissement de qualité, familial et fédérateur.Il serait donc fort regrettable que Les coups de cœur subissent le contrecoup des réductions budgétaires imposées par la RTS.