bottom logo

DR


Edito
Par Edouard Lin - Mis en ligne le 12.04.2017 06:00

Accents et politique


Entre la présidentielle française et les élections en Suisse romande, la politique est très présente sur nos petits écrans. Bien sûr, nos amis français ont un grand sens de la répartie, ils assurent un show plus clinquant. Il faut dire que leurs politiciens sont de vrais people, faisant la cover des magazines. Et puis il y a les «affaires», les mises en examen, les perquisitions: un vrai polar!

En Suisse, c’est plus tranquille. Mais, contrairement à ce que l’on pourrait croire, pas moins passionnant à suivre. Et cela surtout grâce aux télévisions locales. La RTS assure bien sûr son rôle de service public, mais comme elle le fait pour toute la Suisse romande, c’est un peu moins incarné – sauf lorsque c’est l’excellent Alain Rebetez qui est à l’antenne. Sur les télévisions locales, on accorde plus de temps aux débats, sans forcément chercher la petite phrase qui fera le buzz et en donnant la parole à tous les candidats, même ceux qui parfois peinent à s’exprimer. Et puis il y a les accents. Les journalistes de Canal 9 ont celui du Valais, sur Canal Alpha on parle neuchâtelois, à Léman Bleu, de bleu de bleu, c’est très genevois, et les débats sur La Télé ont des airs de quart d’heure vaudois et de Bénichon. On aurait tort de se moquer de ces régionalismes. S’ils peuvent nous faire sourire, ils indiquent surtout que nos chaînes régionales jouent pleinement leur rôle, celui d’une très grande proximité avec leurs téléspectateurs.